Aéronautique : 5 raisons de ne plus avoir confiance en avion.

Publié le par Kévin Cayrou

L’aéronautique, secteur qui tourne à plein régime malgré la crise, attire et suscite des vocations. Après de brillantes études en école d’ingénieur, qui m’auront permis de devenir imbattable au bière-pong, j’ai pu découvrir l’envers du décor de cette industrie. C’est donc avec un œil de spécialiste, et la volonté de dévoiler ce que l’on vous cache depuis des années, que je vous expose ci-dessous 5 raisons de ne plus accorder votre confiance aux géants de l’aviation. 

1 - Les pilotes ne parlent pas un mot d'anglais : 

En effet, cela dure depuis des décennies, et personne ne semble être au courant de cette information surprenante. Nos chers pilotes ne comprennent pas un mot de la langue de Shakespeare. Les millions de passagers ayant pris l’avion au cours de ces dernières années n’ont jamais pu se rendre compte de la supercherie. Cela s’expliquerait par la qualité médiocre des micros et haut-parleurs présents dans les avions, ainsi que par le manque d’attention évident des passagers aux mesures de sécurité énoncées. Il convient d’ailleurs de rappeler que les démonstrations de sécurité effectuées par les hôtesses ont permis d’inspirer la fameuse danse de la Macarena aux chanteurs Los Del Rio, lors d’un voyage Paris-Madrid. Des experts linguistiques se sont récemment penchés sur le problème, et sont venus confirmer que la langue des pilotes reste incompréhensible aux yeux de tous, et ce malgré la modernité avancée par les avionneurs. Une enquête est en cours pour tenter de déchiffrer ce langage méconnu.

2 - Vous voyagez dans une bombe volante : 

Si vous êtes persuadés que les membres d’Al-Qaida sont des terroristes, n’oubliez pas qu’Airbus et Boeing vous font voyager depuis toujours dans des tanks volants remplis de liquide inflammable. Il convient de rappeler qu’un Airbus A380 contient jusqu’à 310 000 litres de kérosène, pour une capacité d’environ 500 passagers, soit 620 litres par passagers, ce qui donne un excellent ratio pour la réalisation d’un cocktail Molotov à haute altitude. Inutile alors de préciser que ces appareils sont bourrés d’électronique, manière de pouvoir garantir l’allumage de ce cocktail à la moindre étincelle. Quand on pense qu’auparavant, il était autorisé de fumer pendant les vols, on se dit cependant que la tendance kamikaze est à la baisse. Vous pouvez ainsi toujours vous envoyer en l’air, avec la nostalgie d’une petite pipe en plein vol.

Aéronautique : 5 raisons de ne plus avoir confiance en avion.

3 - Votre IPhone peut vous couter la vie :

Ce n’est pas un hasard si l’usage des téléphones portables, tablettes et baladeurs MP3 est prohibé pendant les phases d’atterrissage et de décollage. Les interférences produites par vos appareils peuvent perturber le pilotage de l’avion dans lequel vous êtes, et vous couter la vie. Malheureusement, les problèmes de compréhension des consignes énoncées (mentionnés dans le premier point ci-dessus) font que la majorité des utilisateurs ne respectent pas ces consignes. Les autorités ont ainsi décidé de sanctionner par une amende de 20000€ toute personne surprise en train de jouer à Candy Crush ou Angry Birds pendant le vol, pour des raisons évidentes de sécurité. La CIA soupçonne d’ailleurs que Ben Laden ait initié le développement de ces applications addictives, dans le but de créer une forme moderne de terrorisme technologique. Les attentats du 11 Septembre lui auraient d’ailleurs permis d’effectuer un high score le plaçant dans le top 10 mondial de son jeu favori.

4 - Un avion n’est pas si solide que ça :

La majorité des utilisateurs tentent de se rassurer en se disant des phrases telles que « ça a quand même l’air solide » ou encore « de toute façon, ils ont fait des calculs pour que ça tienne ». Un simple oiseau rentrant dans un moteur pouvant entraîner un crash, il convient de se méfier de la solidité de nos chers avions. Pour ce qui est du calcul, de nombreuses pièces ne sont pas calculées sur les vieux avions comme les A320. Les ingénieurs de l’époque, tous issus de grandes écoles où l’on fait sa formation à coups de milliers de litres de bière, étaient alors très confiants et se disaient eux aussi que « ça devrait tenir ». Après tout, les ingénieurs qui ont conçu le Titanic s’étaient dit la même chose, avant de se rendre à l’évidence face à un iceberg qui les a laissés de glace.

5 - Vos chances de survie lors d’un crash sont minces :

Attention ! Tous les sièges d'avion ne se valent pas. Quand il s'agit de survivre à un accident ou à un crash, le placement peut s'avérer déterminant. Selon les statistiques de l'université de Greenwich, les places à éviter absolument sont celles à l'avant de l'avion. Les passagers y ont 49% de chance de survivre à un crash. A l'inverse, les passagers se trouvant sur les sièges à l'arrière ont 69% de chance de rester en vie en cas d'incident. De quoi vous donner des arguments face aux hôtesses ou à vos voisins de sièges. Le risque de mourir d'un accident d'avion reste cependant très faible (1 chance sur 11 millions). Un homme a ainsi plus de chance de mourir foudroyé. Et chiffre plus amusant, mourir dans une explosion nucléaire est plus probable que mourir en avion.

Afin d’optimiser vos chances de survivre à un vol en avion, PrimeGueules vous donne accès à ces statistiques, et vous permet de planifier vos voyages en minimisant vos probabilités de décès suite à un crash :

http://www.informationisbeautiful.net/visualizations/reduce-your-chances-of-dying-in-a-plane-crash/

Maintenant, à vous de jouer, et surtout, bon vol !

Publié dans nouveau, Société

Commenter cet article