Benoit XVI : Dans la peau d'un pape 2.0

Publié le par BRUNO BRUSSON

Que d’affolement hier dans les médias. Mais que s’est-il passé ? Ai-je raté la proclamation des droits de l’homme en Corée du nord ? La fin du conflit Israélo-Palestinien ? Le dernier but de Zlatan ? Et bien non, perdu, rien de tout ça.

Mercredi, les Followers du pape en personne (@Pontifex) ont eu la chance de lire son premier Tweet, décliné pour l’occasion dans les principales langues parlées dans le monde. Une révolution technologique qui lance dès à présent l’église catholique dans l’ère du 2.0.

Une aubaine pour tous les gens qui, barbés du catholicisme traditionnel, préférent regarder TéléFoot le dimanche matin, pour les petits vieux atteints de Narcolepsie pendant l’Homélie du Père Bernadin. Benoit XVI vous propose du concentré de sainteté en 140 caractères, un message de paix à consommer en quelques secondes, un simple retweet en guise de confession.

"Contre les problèmes de foi, prenez du Pontifex."

Au-delà de ça, comment analyser ce changement ? Est-ce une opération de fidélisation de l’église pour attirer les plus jeunes ? Une simple revalorisation de l’image auprès des fidèles d’aujourd’hui ? Ou alors une réelle modernisation de tonton Benoit ?

J’ai donc décidé de pencher en faveur de la dernière hypothèse et d’imaginer la journée type d’un pape rajeuni, ayant déjà troqué sa Bible de Jérusalem aux puces du Vatican contre un MacBook flambant neuf.

Benoit XVI pouces.

Benoit XVI pouces.

07 Heures : Le souverain pontife se réveille, à l’aide de sa toute dernière application «Morning Clock» obtenue sur son tout nouveau compte Itunes Store. Et comme chaque dimanche, il décide de prendre quelques minutes pour répondre aux multitudes de dessins reçus sur DrawSomething. (On dit en interne qu’il aurait atteint le niveau 68 avec Sœur Thérèse.com)

08 Heures : Le saint père prend son petit déjeuner et s’exaspère devant la rediffusion italienne de Morandini (« La prossima volta, guarderò "Talmente Vero" »)

08 Heures 15 : Le pape tweet sa pensée quotidienne en commençant par OMG, grâce à son Ipape dernier cri. 

08 Heures 30 : Benoit XVI s’écarte dans son oratoire afin de prier, de se recueillir auprès de dieu. Pendant ce temps-là, Mario son conseiller fait un point stat sur la FanPage Facebook. (Le rapport hebdomadaire pointe le manque de popularité du pape sur le réseau social au point d’être devancé par René la Taupe, Crazy Frog et Véronique Genest)

11 Heures : Le dimanche, place Saint Pierre, les fidèles ont rendez-vous à cette heure-ci avec le pape. Benoit à peine sorti de son balcon s’étonne, le Vatican est noir de monde. Il saisit l’occasion pour poster une photo sur Instagram assigné du commentaire suivant : « Ce n’est pas Umberto Tozzi à mon âge qui ramènera autant de monde. Lol »

13 Heures : Après de belles émotions, Ben décide de commander des Sushis pour le repas dominical. Ce n’est pas cher, bon pour la mémoire et pour l’image. Il se dit que sa prochaine papamobile serait une Nissan avec Clim et port USB sur l’autoradio.

14 heures 15 : Berlusconi ajoute le Number-one des cathos sur Copains d’avant. Il accepte l’invitation se disant qu’il demanderait au Cavaliere de virer Morandini des programmes de Rai Uno.

16 H 30 : Benoit XVI assiste comme chaque semaine au récital de l’ensemble philarmonique du Vatican dans la chapelle Sixtine. Appréciant l’un des morceaux, il décide d’utiliser Shazam afin de le faire télécharger par le père Gates, développeur du serveur interne.

19 H 00 : A son habitude, le pape décide de manger tôt et sur ça, rien ne change depuis sa prise de fonctions. Il en profite pour parler avec ses conseillers du bon vieux temps, des souterrains du Vatican, de l’assassinat de Jean XXIII, de la Juve en Série B.

20 H 00 : Après une journée comme celle-là, le souverain pontife décide de se mettre au lit, après deux trois « Notre père » et quelques parties d’AngryBirds.

Nous voilà dans l’ère de l’Eglise version béta, vous l’aurez compris. Celle qui vous fera peut être de nouveau croire, qui actualisera votre espérance, vous redonnera la hashtag-foi.

Les musulmans prient vers La Mecque, les cathos vers Le Net.

Pour conclure cet article, je ne citerai qu’Olivier mon pote protestant évangéliste camerounais : « Si dieu te Follow dans ta vie, Follow-Back diwect »

BRUNO BRUSSON


Publié dans Monde

Commenter cet article