Findus, Nestlé : la place du cheval, c'est dans l'assiette.

Publié le par Bruno Brusson

On ne parle plus que de ça depuis quelques jours, la ménagère aurait bouffé du bourrin dans ses lasagnes surgelés Findus. Pas de quoi perturber son attention à YOLO, nouvelle série intellectuelle de W9.

Mais avec l’arrivée toute fraîche du poulain Nestlé sur le marché de la viande (pas fraîche) ,une totale remise en question de notre société et de nos mœurs risque de se mettre en place : le cheval s’installe peu à peu dans nos plats tandis que le bœuf lui, peine à conserver sa place de dominant dans la cuisine traditionnelle.

Et nous le savons, les Français n’aiment pas le changement. Déjà qu’ils ont gueulé quand Mme Tabouret a suggéré une petite loi de rien du tout sur le mariage pour touze, imaginez leur réaction si on place l’animal le plus proche de l’homme bête au centre de leur casse-dalle.

Avec Primegueules nous avons planifié le pire : une substitution irréversible et  totale des deux espèces. Un changement considérable dans  le train de vie des hexagonaux. Des répercussions s’appliquant sur nos régimes alimentaires mais également sur nos activités quotidiennes. Retour sur la principale chose qui menace un grand nombre d’entre nous : la disparition de l’équitation.

Findus, Nestlé : la place du cheval, c'est dans l'assiette.

  A moins que nous inventions un concept équivalent tout aussi débile avec un troupeau de vaches et que nous nous obstinions à leurs faire-faire des tours de parking agrémentés d’obstacles en caoutchouc le tout sous le regard ébahi de parents appréciant la domination sadique et naïve de leurs enfants  sur les bêtes, l’équitation risque bel et bien de disparaître pour cause de déportation du personnel bidet. Chose qui n’a à première vue aucune influence sur la vie des français, le Cac 40, le CRIF et la mère Michèle.

Cependant, plusieurs groupuscules de pucelles adolescentes ont construit leurs vies sur cette culture de l’étalon. Une communauté non négligeable puisque on recense aujourd’hui près de 800 000 adeptes (bien plus en réalité, on comptabilise seulement les détenteurs de la carte Cheval Génial)

Vous avez tous dans votre entourage des membres actifs de ce dogme reconnu en France depuis la naissance du Cirque Gruss (Le vrai, celui d’Alexis Gruss, rappelons que 345 imitations gitanes sillonnent l’hexagone). Même si ces gens-là paraissent dans un premier temps très sympathiques, ils cachent en eux de nombreuses idéologies malsaines.

A moins que nous inventions un concept équivalent tout aussi débile avec un troupeau de vaches et que nous nous obstinions à leurs faire-faire des tours de parking agrémentés d’obstacles en caoutchouc le tout sous le regard ébahi de parents appréciant la domination sadique et naïve de leurs enfants  sur les bêtes, l’équitation risque bel et bien de disparaître pour cause de déportation du personnel bidet. Chose qui n’a à première vue aucune influence sur la vie des français, le Cac 40, le CRIF et la mère Michèle.

Cependant, plusieurs groupuscules de pucelles adolescentes ont construit leurs vies sur cette culture de l’étalon. Une communauté non négligeable puisque on recense aujourd’hui près de 800 000 adeptes (bien plus en réalité, on comptabilise seulement les détenteurs de la carte Cheval Génial)

Vous avez tous dans votre entourage des membres actifs de ce dogme reconnu en France depuis la naissance du Cirque Gruss (Le vrai, celui d’Alexis Gruss, rappelons que 345 imitations gitanes sillonnent l’hexagone). Même si ces gens-là paraissent dans un premier temps très sympathiques, ils cachent en eux de nombreuses idéologies malsaines.

Findus, Nestlé : la place du cheval, c'est dans l'assiette.

Le groupuscule canasson très présent sur les réseaux sociaux se fait entendre sur un grand nombre de Fan Pages Facebook frôlant à chaque fois les records de Likes. Elles sont fondées sur un concept de propagande très simple déjà utilisé au temps de Nicolas Premier : rameuter les foules à l’aide de slogans extrémistes. En voici quelques exemples :

« Le cheval, une passion, un ami, un confident : un rêve » : Ce premier cas met en lumière une pensée commune à tous les passionnés. Le cheval serait un animal magique, un peu comme une licorne en vraie, qui comprendrait l’homme (A la différence de ces connasses de vaches qui n’ont aucune excuse pour ne pas se faire réduire en steak). Le poney serait à l’animal l’équivalent d’Omar Sy en France : Intouchables. La blague est nulle mais c’est pour le quota de noir dans l’article.

« Le cheval nous apporte ce que l’être humain est incapable de nous donner » Dans la continuité du premier exemple, celui-ci est tout de même plus extrême. Mais aussi surprenant que ça puisse paraître  des grands penseurs partagent cet avis : Spinoza disait « l’homme n’aura jamais la perfection du cheval ». Katsuni, actrice pour enfants et fine amatrice d’étalons, complète ainsi cette argumentation « Le cheval m’apporte effectivement des choses inédites, surtout au niveau de la taille»

« Le cheval + l’humain = Le couple parfait » Nous terminons ces exemples par la pensée zoophile du jour regroupant tout de même plus de deux milles adeptes. Une phrase qui résume en quelques mots le crade de cette communauté. Et oui, les hommes amateurs de poneys étant tous gays jusqu’à la bombe, les cavalières préfèrent se faire prendre par Tonnerre des Neiges ou Lingot Rose, le coup de cravache en option.

Ma conclusion s’adresse à vous lecteurs et lectrices de tous horizons, épargnés par ce fléau, cette maladie. A la vue d’un centre équestre ne vous approchez pas et fuyez. Allez au supermarché le plus proche et quitte à mettre toutes vos économies, achetez toutes les lasagnes à base de cheval que vous pourrez trouver, les tortellinis farcies, les raviolis, tout. Et redemandez en, épuisez les stocks. Le trotteur sera le grand perdant de cette histoire sans aucun doute. Mais il sera grand dans sa mort, il engendrera une révolution et l’extinction d’une communauté déjà malade.

 

Publié dans Société

Commenter cet article