Le Mali pour les (Vraiment) Nuls.

Publié le par Bruno Brusson

La république du Mali est un petit pays d’Afrique de l’ouest. Il est frontalier avec le Burkina Faso, la Côte d’ivoire, le Sénégal, l’Algérie mais aussi avec des pays pas connus qui ne servent pas à grand-chose tels que la Mauritanie et le Niger.

Ce petit état d’Afrique très noire compte en 2012 plus de 15 000 000 d’habitants. (Soit 159 fois les habitants de Roubaix mais en moins consanguins et en plus maigres).

Au Mali, on parle français officiellement (sur le papier, car à l’entendre ce n’est pas la même histoire). Sinon on se débrouille à se faire comprendre avec le Bambara.

Dans la capitale Bamako, s’étant forgé une renommée internationale dans le monde de l’artisanat et plus précisément dans la fabrication de poutres, on retrouve plusieurs ethnies bien distinctes : les Bozos, les Soninkés, les Malinkés, les Kassonkés, poil au nez.

Ancienne Colonie Française, le Mali fait aujourd’hui parti du club très fermé des loosers. Il justifie son adhésion notamment grâce à une magnifique 173ème place au classement de L’IDH.

Je ne prends pas trop de risques à être méchant, le taux d’alphabétisation est de 25%, seulement un malien sur quatre comprendra mon article.

Le Mali pour les (Vraiment) Nuls.

En France qui aime le Mali ?

 

Vous me direz dans un premier temps : « A quoi ça sert d’aimer le Mali ? » et je vous donnerai raison, Il n’y a pas trop d’intérêt. Cependant vous trouverez toujours une quadragénaire bénévole chez Médecin du monde qui vous dira : « Je suis amoureuse de ce pays, les enfants nous donnent de grandes leçons, ils sont capable d’être heureux avec une ficelle et un bout de bois ». 

Honnêtement, il est bien plus simple d’aimer le Mali depuis la France.  Mathieu Chedid l’a bien compris.

Ce pseudo-rockeur de zénith (au passage bien moins doué que son père, et à vingt-sept années lumières du talent de sa grand-mère) chante dans Amssétou : « Au mali j’ai retrouvé, au mali ma liberté. » C’est sûr qu’avec des revenus similaires au PIB du Sierra-Léone tu peux la retrouver ta liberté, connard. 

Le Mali pour les (Vraiment) Nuls.

Qui sont les maliens connus ?

 

Cela ne fait pas l’ombre d’un doute, les méga-stars du Mali sont Amadou et Mariam, musiciens se mariant le dimanche entre deux parties de cartes. (Tu m’échanges une Famine niveau 47 contre un SIDA niveau 52 ?). Comme on dit chez nous l’amour rend aveugle.

Toujours est- il que ces africains cartonnent dans l’hexagone au point de collaborer avec les plus grands. Le dernier en date se nomme Bertrand Cantat, leader charismatique des regrettés Noir Désir. Quelle merveilleuse idée de quitter un pays en guerre pour chantonner avec un criminel.

Sinon, tous les autres chanteurs Maliens n’ont pas de pseudonymes et s’appellent tous Keita, Touré ou Traoré.

Ne croyez pas qu’ils sont les seuls étoiles du pays ! Le monde du sport nous offre également de belles perles internationales. A l’esprit me vient Mamadou Samassa, attaquant mythique de ligue 1 aux statistiques impressionnantes : 3 buts en 33 matchs sous les couleurs de l’Olympique de Marseille. Un grand, un très grand. Le célèbre Jean Michel Larqué nous le confirme : « Je peux te dire que même les poteaux de la finale de Glasgow en 1976 étaient moins carrés que ses pieds. »

Le Mali pour les (Vraiment) Nuls.

Pourquoi y’a la guerre ?

 

La guerre, c’est quand même une chose relativement compliquée, avec du sang et des morts. Et à chaque fois ce n’est pas facile de la résoudre, les peuples subissant parfois  des choses dépassant l’entendement humain. En 1942, en pleine seconde guerre mondiale l’Italie a même été dans l’obligation d’annuler la Fashion-Week de Milan. Rendez-vous compte.

Au Mali l’histoire n’est pas simple, nous pourrions l’apparenter à « La guerre des voisins » présenté par l’excellent Julien Courbet mais en plus grand.

Imaginez une famille Salafiste, les Ansar-Dine qui en aurait marre de partager son petit jardin avec les Kel-Tamashaq, famille de gitans africains manquant un peu de politesse. Le seul problème est qu’à cette échelle on n’a pas trouvé d’animateurs à la hauteur pour trouver les solutions.

Pourtant chez PrimeGueules nous avons le médiateur idéal. A défaut d’envoyer Arthur, trop occupé à ouvrir des boites en cartons sous contrôle d’huissiers intermittents du spectacle dans son hôtel particulier de Neuilly *, nous souhaitons faire confiance à Bernard Henry-Levy, notre ami Philosophe-Penseur-Sociologue-Journaliste-Acteur-Réalisateur-Juif et accessoirement sauveur, et nouveau Dieu du peuple Libyen. Il en serait fort reconnaissant d’autant plus que son livre Récit d’une délivrance en Afrique est déjà en relecture.  Autant dire qu’au-dessus de BHL y’a le soleil.

*Arthur n’a rien à voir dans l’histoire, mais il a bloqué notre compte Twitter alors on l’emmerde autant qu’on peut.

Vous aurez bien compris qu’il ne fait pas bon de vivre au Mali ces jours ci, d’autant plus que le travail se fait rare voire inexistant. La situation est donc critique dans un pays où même le président est en Intérim.

Publié dans Monde

Commenter cet article