Toulouse : Défaite de la musique.

Publié le par Bruno Brusson

Comme vous le savez, la toute nouvelle municipalité toulousaine a acté la déprogrammation soudaine de groupes comme Kid Wise ou Sidilarsen initialement conviés à fêter la musique, place du Capitole le 21 Juin prochain.  

C’est en Jury de The Voice politisé (La référence à cette soupe commerciale pour artistes Florenpanièsques tombés dans l’oubli n’est pas anodine, vous allez voir) que Fréderic Brasilès a décidé de retourner son tout nouveau fauteuil d’élu délégué aux manifestations et aux festivités. « Déprogrammez moi ces gauchistes de Sidilarsen, et ces fils de communistes de Kid Wise. ».

Cette annulation est la résultante d’une gaminerie politique dictée par la fierté et la volonté de se penser acteur du changement. « Redonner Toulouse aux toulousains et non aux militants » qu’ils disaient… Un coup bas qui marque le changement notable futur de notre politique culturelle locale.

Vous allez me dire, « Oui mais de toute façon, tu ne fais pas partie du milieu de la musique, laisse parler les mecs qui ont des subventions et qui ont fait les inouïs du Printemps de Bourges. T'as même pas réussi à remplir le Petit Voisin.». Ce à quoi je répondrai que même le Petit Voisin n’a jamais voulu me programmer.

Toulouse : Défaite de la musique.

  Avant de médire sur les actions culturelles de la teamMoudenc qui sans aucun doute raviront les amateurs de 105.9 – du Hit non-stop et de la pub dans tes tympans , j’ai donc fait une véritable investigation, me servant des outils les plus performants que la planète Internet nous propose : Google, Facebook, Myspace (si,si). 

Ayant quelques minutes espéré en notre Frédito « TechnoSamba » Brasilès, j’ai très rapidement du constater avec effroi le bilan de notre tout jeune attaché à l’acculture : Pour le cru 2014, ça ne sera pas « Back to Basics » de Sidilarsen mais un bon vieux « Back To Merdics » des familles.

Qu’on se le dise. Je n’ai absolument rien contre Céline Moodin la DJ toulousaine qui clôturera cette fabuleuse soirée du 21 Juin, mais pour écouter un mix « On-The-Go » Itunes, je préfère encore aller me droguer à l’Inox, ou à la Fnac.

Merde ! La fête de la musique porte bien son nom pourtant, normalement il y a des gens qui jouent d’un instrument, des gens qui chantent et qui portent des débardeurs American Apparel, des gens qui sont heureux de taper sur un djembé… Mais pas de « Virtual-Dj » montés sur une table des services municipaux.

Bon ok, ça coûte peut-être moins cher. Mais à moindre coût, n’oublions pas que la fête de la musique au-delà de ces guéguerres politiques, c’est un rassemblement populaire où chacun peut prendre son kazoo et jouer Get Lucky bourré Rue Pargaminières. Le seul moyen de vaincre, c’est de leur montrer que non, leur programmation n’est pas « plus familiale et plus festive». 

Pour terminer, je vous offre deux clichés floutés de notre élu qui en disent long sur notre future politique culturelle. Alors, heureux ? 

Avant de médire sur les actions culturelles de la teamMoudenc qui sans aucun doute raviront les amateurs de « 105.9 – du Hit non-stop et de la pub dans tes tympans », j’ai donc fait une véritable investigation, me servant des outils les plus performants que la planète Internet nous propose : Google, Facebook, Myspace (si,si). 

Ayant quelques minutes espéré en notre Frédito « TechnoSamba » Brasilès, j’ai très rapidement du constater avec effroi le bilan de notre tout jeune attaché à l’acculture : Pour le cru 2014, ça ne sera pas « Back to Basics » de Sidilarsen mais un bon vieux « Back To Merdics » des familles.

Qu’on se le dise. Je n’ai absolument rien contre Céline Moodin la DJ toulousaine qui clôturera cette fabuleuse soirée du 21 Juin, mais pour écouter un mix « On-The-Go » Itunes, je préfère encore aller me droguer à l’Inox, ou à la Fnac.

Merde ! La fête de la musique porte bien son nom pourtant, normalement il y a des gens qui jouent d’un instrument, des gens qui chantent et qui portent des débardeurs American Apparel, des gens qui sont heureux de taper sur un djembé… Mais pas de « Virtual-Dj » montés sur une table des services municipaux.

Bon ok, ça coûte peut-être moins cher. Mais à moindre coût, n’oublions pas que la fête de la musique au-delà de ces guéguerres politiques, c’est un rassemblement populaire ou chacun peut prendre son kazoo et jouer Get Lucky bourré Rue Pargaminières. Le seul moyen de vaincre, c’est de leur montrer que non, leur programmation n’est pas « plus familiale et plus festive»

Pour terminer, je vous offre deux clichés floutés de notre élu qui en disent long sur notre future politique culturelle. Alors, heureux ? 

 
Toulouse : Défaite de la musique. Toulouse : Défaite de la musique.

Publié dans Musique, nouveau

Commenter cet article